Avec quels sens déguste-t-on son whisky ?

Le whisky est le roi des spiritueux. Il a survécu et a trouvé buveur durant des siècles. Depuis, il y a deux catégories de consommateurs : ceux qui en boivent pour étancher leur soif et ceux qui prennent le temps de le savourer pleinement. Ces derniers sont les connaisseurs, les experts du whisky. Mais tout le monde peut aussi apprendre à déguster son whisky et devenir lui-même un amateur très doué. Pour cela, il faut se servir de tous ses sens, y compris le sixième.

Les étapes de pré-dégustation : trois sens en éveil

Pour déceler tous les arômes dans un verre de whisky, il ne faut jamais se précipiter. Prendre son temps est la clé et en connaitre plus sur ses détails avec l’ouïe, le toucher et la vue.

L’usage de l’ouïe est le moins évident. Cependant, au moment de verser le whisky de la bouteille vers le verre, le son émis est différent en fonction de la légèreté ou non de la boisson. Le champagne émet un son de bulle de gaz, le scotch un son très sec tandis que le whisky japonais semble un peu plus disparate.

Puis au toucher du verre, on évalue la température de cette boisson qui devrait normalement être bue dans un environnement ambiant. Evitez de glacer le whisky ou d’y mettre des glaçons. En entourant le verre de la main, vous préservez la température idéale et aurez la chance de déguster le whisky dans toutes ses facettes.

Enfin, la vue permet d’évaluer la texture du whisky. Pour différencier une bouteille d’un autre, prenez l’habitude d’agiter légèrement votre verre.

La dégustation avec deux sens

Bien évidemment, pour savourer son whisky, vos sens olfactif et gustatif seront plus demandés que les autres. Après l’agitation précitée, la senteur des divers arômes entrant dans la composition du whisky s’éparpillera dans l’air. Vous pourrez ainsi apprécier la petite note fumée du whisky écossais ou l’odeur poivrée du whisky irlandais.

Lorsque tous vos sens auront vécu l’expérience et assimilé la particularité d’une bouteille, c’est uniquement après qu’il faudra passer au gout, à cette dégustation tant espérée. Ici encore, la lenteur est le mot d’ordre. Prenez une gorgée et faite la tourner dans votre bouche. Vous noterez ainsi les multiples subtilités qui ont précédé la mise en bouteilles du whisky, depuis le malt ou le maïs utilisé aux techniques de fermentation appliquée. Laissez échapper quelques minutes avant d’en reprendre un deuxième.

Le rôle du sixième sens dans la dégustation

L’intuition et vos envies propres jouent également un rôle crucial durant la dégustation du whisky. En effet, en suivant votre « feeling », vous saurez quand est-ce qu’il faut accompagner le whisky par un mets ou un cigare et le type d’aliments ou de cigare que vous devez prendre.

Vous favoriserez ainsi une expérience plus personnelle, donnant lieu à une définition plus stricte du goût d’un whisky d’une marque donnée. Il s’agit donc de laisser libre cours à son inspiration et de se laisser envahir par le whisky – en observant la modération nécessaire à la consommation de boissons alcooliques bien sûr.